Posts Tagged ‘innovation’

L’imprimante 3D, une opportunité pour créer un nouveau marché

L’imprimante 3D est principalement utilisée pour la fabrication des prototypes directement à partir d’un plan. Devenue plus efficace et meilleur marché, elle est perçue comme une menace pour l’industrie. C’est en fait une opportunité…

Créer un marché de productions personnalisées :

L’imprimante 3D offre aujourd’hui l’avantage d’une grande flexibilité dans le processus de fabrication. Chaque objet peut être fabriqué d’une manière individualisée pour répondre aux diverses demandes ou bien pour s’adapter en temps réel aux changements de la demande du marché. C’est une opportunité nouvelle pour créer un marché de productions personnalisées qui était inexistant auparavant.

La technique d’impression 3D modifie la structure des coûts: le coût unitaire de fabrication pour les grandes séries est certes plus élevé que celui de la fabrication traditionnelle, mais il est meilleur marché pour les petites séries et les très faibles quantités personnalisées.

Les sociétés Sculpteo et Shapeways fabriquent à la demande, et prennent les commandes par Internet. L’internaute télécharge son dessin puis, quelques jours plus tard, il reçoit son objet chez lui. Leurs logiciels sont désormais capables de corriger les imperfections contenues dans les dessins des internautes. Même Monsieur Tout le Monde qui n’est pas féru en design 3D peut obtenir l’objet qu’il a imaginé.

Quand l’imprimante 3D sera accessible au grand public…

D’ores et déjà, des imprimantes 3D sont en vente au prix de 800 Euros. Bientôt elles atteindront les 400 Euros. S’il devient aussi facile de copier un objet que de télécharger un morceau de musique, on peut légitimement craindre une remise en question de certains pans de l’économie manufacturière.

Mes conseils :

  • Vous devez intégrer cette évolution dans vos processus existants. Si vos produits sont trop facilement copiables par cette technique, revoyez votre business model. Compter sur le respect de la propriété intellectuelle est illusoire. C’est notre rapport aux formes et au design des objets qu’il faut repenser.
  • La chaine de la maintenance et de la fidélisation de la clientèle sera aussi remise en question. Puisque les pièces détachées pourront être re-fabriquées sur place, à l’endroit même où elles seront utilisées. Vous devrez en tenir compte dans l’élaboration de votre stratégie.
  • Je conseille très souvent aux entreprises innovantes de se lancer sur un marché de niche pour mener à bien leur innovation de rupture. Ce nouveau type de production plus flexible vous permet de produire en faible quantité, de tester et améliorer votre produit à un moindre coût.
    Voir aussi : Pourquoi innover sur une niche

Cette évolution est avant tout une opportunité qui peut vous permettre de créer des marchés qui n’existent pas encore.

Quelques liens pour en savoir plus:
Article la naissance d’un nouveau marché
Article sur la société Shapeways
Article de « The Economist » sur la 3e révolution industrielle
La bataille juridique et législative qui s’annonce…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Comment faire adopter une idée d’innovation

De l'idée d'innovation au projet

Prototype de la carte à puce en 1974

Roland Moreno, génial inventeur français, est décédé il y a quelques jours. Son invention la plus connue, la carte à puce, a mis du temps à se concrétiser. Voyons pourquoi et quelles sont les leçons à en tirer.

De 1974 à 1979, Roland Moreno a déposé les brevets pour le premier terminal de paiement sans argent qui, grâce à sa mémoire à circuits intégrés, non volatile, était capable de gérer la solvabilité du porteur identifié par un code secret. C’était la carte à puce. Elle a changé notre vie : cartes téléphoniques, cartes de crédit bancaires, cartes SIM de la téléphonie mobile, carte Vitale, Moneo, Navigo, Velib etc… Finalement, la carte bancaire n’a vu le jour qu’à partir de 1992.

  • Les gens trouvaient cette invention bizarre
    Voici ce que le fournisseur de mémoires à circuit intégré a dit : « Mais qu’est-ce qu’il veut en faire, ce Monsieur Moreno de nos mémoires intégrées ? Ne serait-ce pas pour construire un autre objet idiot comme sa Matapof (Machine A Tirer à Pile Ou Face) ? Son invention est qualifiée par les journaux spécialisés en informatique de « curiosité financière ».
  • Un inventeur pas assez conformiste
    Roland Moreno était autodidacte, bricoleur de génie. Non diplômé, il était suspecté d’être soit un usurpateur, soit un charlatan. Il a dû faire face à de nombreux procès et fausses rumeurs qui visaient à discréditer son invention.
  • Les banquiers n’y croyaient pas
    Les banquiers préféraient des systèmes où la signature était préservée, comme la carte à piste magnétique qu’ils connaissent déjà. Ils considéraient que taper un code à 4 chiffres changeait trop les habitudes. Ils ont privilégié des projets concurrents de reconnaissance biométriques qui étaient compliqués, moins fiables et instables. Cela a occasionné des pertes de temps considérables.
  • Les informaticiens bancaires n’en voulaient pas
    Ils rêvaient d’un réseau d’ordinateurs implantés chez les commerçants reliés à l’ordinateur central des banques, une sorte de Big Brother bancaire appelé « informatique on-line en temps réel ». Or dans les années 70, l’interbancarité n’existait pas encore. Et l’infrastructure téléphonique n’était pas suffisamment performante. Bien que la carte à puce de Moreno fût beaucoup plus simple, pratique et fiable, ils s’y opposèrent avec détermination.

Ce n’est qu’à partir de 1983, que la carte à puce connait un développement de masse. France Télécom remplace les cabines téléphoniques à pièces (trop souvent vandalisées) par des cabines à cartes. Ce n’est que grâce à ce marché périphérique, les cabines téléphoniques, que le marché initialement visé, celui des banques, ouvrit enfin ses portes.

Quelle leçon peut-on en tirer ?

Il s’agit d’un cas fréquent où des usines à gaz sont préférées à des solutions simples et pragmatiques. L’inventeur isolé est un outsider qui vient perturber des projets déjà en place.

Lorsque votre innovation va à l’encontre du schéma mental dominant, vous devez chercher un marché de niche connexe dans lequel les clients ont moins peur de changer leurs habitudes, pour peu que vous leur apportiez un bénéfice important. Lorsque les banques ont constaté que les Télécartes fonctionnaient bien, elles ont accepté le projet de cartes bancaires.

Source : La carte à puce, histoire secrète
Lire aussi: Pourquoi innover sur une niche
Comment trouver la bonne idée d’innovation

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather