L’innovation selon Clayton Christensen (1/2)

Clayton Christensen, spécialiste de l'innovation de rupture

Pour moi, Clayton Christensen est le penseur le plus inspiré aujourd’hui sur le thème de l’innovation. Il a donné lundi 24 juin une conférence à la fois brillante, claire et simple. Il était l’invité de la chaire Management et Innovation de l’Ecole Polytechnique, pour la 2ème conférence du cycle « Innovation et Société » organisé par Romain Beaume, Christophe Midler et Bruno Martinaud.

Clayton Christensen distingue 3 types d’innovations :

1. L’innovation incrémentale :

  • Une innovation pour améliorer ce qui existe déjà
    Comme son nom l’indique en anglais (sustaining innovation), elle permet au produit de se perpétuer, de prolonger sa durée de vie sur le marché en apportant un amélioration qui lui permet de se différencier de ses concurrents.
  • Ce type d’innovation est la plus répandue et la plus connue.
  • Elle a des inconvénients…
    Etant facilement et rapidement imitable par vos concurrents, l’avance acquise par une innovation incrémentale est de courte durée.
    L’innovation incrémentale ne génère pas de nouvelle croissance, par exemple, lorsque Toyota vend une Prius, elle renonce à la vente d’une Verso…

A ce propos, vous pourrez aussi lire: De la recherche à l’entreprise : le chaînon manquant n’est pas celui que l’on croit… dans lequel j’explique que le processus incrémental est finalement coûteux. Il n’est rentable que pour les entreprises qui sont déjà devenues la référence sur leur marché et qui souhaitent maintenir leur domination.
Dans l’article Innover pour échapper à l’hyper-concurrence je présente les inconvénients de l’innovation incrémentale et notamment le cantonnement dans l’hyperconcurrence qu’elle induit.
Et aussi l’article Entreprises innovantes: comment utiliser la R&D à bon escient sur un usage inapproprié de la R&D.

2. L’innovation d’efficience :

En anglais, « efficiency innovation ». Ce type d’innovation consiste à diminuer les coûts, à mettre sur pieds une structure de coûts plus efficiente qui vous permet de présenter des prix plus bas que ceux de vos concurrents et/ou des marges supérieures. Un exemple est la Logan. Dacia a réinventé les processus de l’industrie automobiles pour lancer une gamme de voitures bas de gamme qui rencontre un grand succès.

3. L’empowering innovation :

  • Une innovation qui donne du pouvoir à son utilisateur
    Elle rend l’utilisateur plus autonome. Elle lui permet de s’émanciper. C’est une innovation qui simplifie les solutions existantes pour les rendre accessibles à un plus grand nombre. C’est par exemple le cas de l’iphone qui a simplifié l’utilisation du smartphone et en élargi le marché. Cette innovation peut également ouvrir de nouveaux usages qui n’étaient pas accessibles auparavant. C’est l’exemple de la chaussure de Trail Running de Salomon qui a permis aux sportifs de courir en montagne.
  • Ce type d’innovation est souvent ignoré par les entreprises car c’est la plus inattendue et celle qui demande le plus d’imagination.
  • Elle ouvre les solutions qui n’existaient pas auparavant. Elle demande beaucoup d’imagination pour répondre aux besoins latents des clients, les besoins que ceux-ci ne savent pas exprimer tant qu’ils n’en ont pas eu l’expérience. Elle est aussi la plus difficile à justifier pour les patrons car son business plan ne repose sur aucun élément historique.
  • Son atout principal :
    Elle est la seule qui donne à votre entreprise de nouveaux relais de croissance. Une « empowering innovation » ne vient pas remplacer un produit existant. Elle répond à des besoins différents. Elle élargit le marché, en fournissant ainsi une source de croissance supplémentaire pour votre entreprise.

Dans le prochain article, nous verrons le cycle de l’innovation selon Clayton Christensen (2/2)

Voir aussi l’article sur le nouveau paradigme du « Pull »

Vous pouvez aussi consulter de nombreux exemples sur ce blog :
Swatch / Salomon / les yaourts Chobani aux USA / Quirky, site de crowdsourcing / Free / Nespresso / Ipod / l’hôtel Mama Shelter / SAP / Air Liquide / la revue XXI…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

14 réflexions au sujet de « L’innovation selon Clayton Christensen (1/2) »

  1. J’ai assisté à la présentation de Romain Beaume aujourd’hui à l’ADEME Sophia Antipolis qui expose cette approche brillante de Clayton Christensen. Romain a souligné avec pertinence la nécessité aujourd’hui pour nos organisations et nos territoires de retrouver le chemin de l’empowering innovation : la seule qui engendre une vraie croissance et des emplois pérennes. Ce pourrait être un axe de travail fort pour les architectes des démarches d’innovation que nous sommes, de partager cet objectif et de le promouvoir ensemble.

  2. Oui, la théorie de Christensen est très puissante et elle est très pertinente aujourd’hui où les entreprises peinent à retrouver la croissance. Votre suggestion est très intéressante et mérite d’être poursuivie.

  3. L’empowering innovation de Christensen c’est en quelque sorte l’innovation de rupture que vous décrivez de 3 façons : une valeur inespérée, une valeur similaire mais à un prix inférieur, et une valeur inespérée à un prix inférieur?

    Ces trois innovations disruptive donnent un avantage concurrentiel et créent de la croissance, comme l’empowering innovation.

    J’éprouve quelques difficultés à faire des parallèles entre toutes ces notions, qui quelque part doivent bien se regrouper, je suppose…

    Merci de répondre à mes questionnements en tout les cas. C’est gentil de votre part !

    Quentin

    1. Vous avez bien compris. Le concept d’innovation de rupture que je décris est inspiré de la « disruptive innovation de Clayton Christensen ». Les trois types d’innovation que je décris sont trois cas de ce que Clayton a appelé récemment « empowering innovation ».

  4. Bonjour,

    Je travaille actuellement sur un mémoire sur les innovations de rupture, et je ne parviens pas à retrouver le papier de Christensen dans lequel il évoque ces différents types d’innovation. Dans mes recherches, je vois principalement des écrits qui traitent des innovations de rupture. Or pour mon introduction je souhaite développer tous les types d’innovation avant de me focaliser sur la rupture. Ayant besoin de sources certifiées académiques, j’aurais aimé retrouver un texte ou écrit de Christensen dans lequel il émet clairement ces idées; ou bien est-ce vous qui avez déduit de ces idées ces 3 types ?

    En tout cas merci pour vos articles très clairs et pertinents qui m’aident beaucoup sur la compréhension du sujet !

    Je vous remercie d’avance pour votre retour.

    Cordialement,
    Tanguy

    1. Vous trouverez les travaux de Christensen sur l’innovation de rupture dans deux ouvrages majeurs : « The innovator’s dilemma: when new technologies cause great firms to fail », publié en 1997 et « The innovator’s solution: creating and sustaining successful growth » publié en 2003. Christensen a aussi publié en décembre 2015 dans le Harvard Business Review un article qui reprend les principaux concepts et clarifie des ambiguïtés : « What is disruptive innovation ? »

      1. Bonsoir et merci bcp pour vos publications fortes et très instructives
        Je suis à la recherche de textes de base en français relatifs à cette thématique
        Est ce que vs pouvez m aider ?
        Aussi je cherche un papier qui traite ttes les théories relatives à l innovation point de vue macro et micro si possible

        Merci

        1. Je suis en train de rédiger un livre sur l’innovation de rupture qui devrait paraitre au deuxième semestre 2018. Ce livre résumera toutes les théories sur l’innovation de rupture. En attendant, vous pouvez consulter un excellent livre qui recense les oeuvres des auteurs les plus influents dans l’innovation : « les grands auteurs en management de l’innovation et de la créativité » édité chez EMS. Vous y trouverez les réponses à toutes vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *