Archive for décembre, 2012

Comment surmonter le dilemme des entreprises innovantes ?

Les entreprises innovantes doivent gérer le business existant avec rigueur et discipline. Mais elles doivent aussi adopter des approches décalées et innovantes pour saisir de nouvelles opportunités.

Deux attitudes incompatibles. Quelle organisation choisir pour combiner ces deux extrêmes ?

les entreprises innovantes doivent concilier deux extremes

Les équipes opérationnelles ne peuvent pas initier et gérer des innovations de rupture

Les équipes opérationnelles sont excellentes dans la gestion du modèle économique existant. Elles collent aux exigences immédiates du marché. C’est justement pour cette raison qu’elles ont du mal à s’extraire du schéma mental dominant et imaginer des ruptures.

Faut-il créer des entités indépendantes ? Oui mais cela ne suffit pas…

Dans toutes les entreprises, certains salariés sont capables de sortir des sentiers battus, de penser autrement. Ils émettent des idées nouvelles et peuvent être à l’origine d’innovations de rupture. Il faut les écouter ! Les placer dans des entités indépendantes leur permettra de mettre en œuvre leurs idées sans troubler les activités existantes. Oui, mais il y a un obstacle…

Le problème, c’est que les entités séparées ne sont pas au contact du marché…

Pour trouver de nouvelles idées d’innovations de rupture, il faut être en contact avec le marché. Il faut bien connaître les clients, les partenaires, les canaux de distribution, les fournisseurs. Seules les équipes opérationnelles ont cette connaissance réelle, vécue et concrète du marché.
Alors, quelle est la solution ?

Une des solutions est l’incubateur interne

Une des organisations les plus efficaces consiste à créer un« incubateur » au sein du business existant.

  • Il s’agit de créer une équipe indépendante, issue du business existant, dont le rôle est de développer un nouveau business.
  • Cette équipe reçoit du business existant les fonctions support (informatique, ressources humaines, logistique, etc.) et les ressources financières.
  • Cependant elle a des objectifs et des mesures de succès indépendants.
  • Elle a une taille flexible : elle peut démarrer avec une ou deux personnes à temps partiel et grossit à mesure que le projet passe de l’idée à la réalisation.
Développer un nouveau business en rupture avec l’activité existante

La société HP par exemple, utilise cette méthode depuis longtemps. Elle s’est lancée dans le business d’outsourcing dans les années 1990, un business qui représente aujourd’hui une part importante de son chiffre d’affaires.
L’outsourcing est une offre en rupture par rapport à la vente de matériel informatique : c’est une prestation de service qui consiste à gérer l’infrastructure informatique du client. L’outsourcing a démarré à l’initiative d’une petite équipe à l’intérieur de la division « support » qui fournissait les services de maintenance du matériel HP. Progressivement, cette équipe a grossi pour devenir une division à part entière.

Cet article vient en complément de l’article suivant:
Comment dépasser les barrières à l’innovation de rupture dans l’entreprise

Notre prochaine table ronde:
Mardi 23 avril 2013 à Paris
Le nombre de places est limité.
Pour en savoir plus, cliquez ici !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Entreprises innovantes, comment utiliser la R&D à bon escient ?

Les entreprises qui dépensent le plus en R&D ne sont pas forcément les plus innovantes. Il n’y a aucune corrélation entre les montants consacrés à la R&D et l’innovation des entreprises.

Pourquoi ? Parce que trop souvent, les budgets R&D sont mal orientés.

Entreprises innovantes : aucune corrélation avec la R&D

Ce tableau présente les 10 entreprises les plus innovantes au monde ainsi que leur budget de R&D.

R&D : quand le retour sur investissement diminue…

Les entreprises qui consacrent des budgets faramineux en R&D sans en retirer les fruits espérés commettent les erreurs suivantes :

  • La R&D ne se consacre qu’à l’innovation incrémentale…
    L’entreprise met sur le marché des mises à jour,des améliorations des produits existants. Ces améliorations sont ensuite très rapidement imitées par la concurrence, ce qui réduit considérablement le retour sur investissement.
  • L’entreprise se contente d’améliorer son business model existant en faisant mieux, plus vite et moins cher. Là encore, chaque trouvaille sera immédiatement reprise par la concurrence…
  • La R&D se consacre au cœur de métier de l’entreprise
    A priori, il semble logique pour toute entreprise, de se consacrer à son cœur de métier, d’explorer et approfondir son expertise. Sa connaissance du domaine s’étend très en profondeur jusque dans les moindres détails. L’entreprise devient sans conteste le champion toute catégorie de son métier.

    1. Tous ces efforts, a priori louables, risquent de renforcer une culture d’entreprise myope et centrée sur elle-même: elle passe à côté des évolutions du marché et des ruptures qui se produisent dans son secteur d’activité. L’expertise étant le prisme à travers lequel l’entreprise perçoit son environnement, elle ne perçoit pas les nouveaux arrivants qui peuvent révolutionner le marché en apportant des expertises et des approches décalées.
    2. Là encore, la rentabilité de ces investissements diminue à mesure que le domaine est connu. Autrement dit, plus le domaine est parcouru, jalonné, plus il est difficile et coûteux d’y trouver quelque chose de nouveau. Les dépenses augmentent et le retour sur investissement diminue.
Mes conseils : prenez un périscope, pas un microscope
  • Ne restez pas cantonné à votre cœur de métier.
    Voyez plus large, plus loin. N’hésitez pas à explorer de nouveaux secteurs, de nouvelles technologies situées à la marge de votre activité. Le croisement avec votre cœur de métier sera forcément fructueux.

    Par exemple, Apple s’est aventuré hors de son cœur de métier qui était alors l’ordinateur personnel (MAC) pour créer l’Ipod. En créant l’Iphone, Apple s’est aventuré dans la téléphonie mobile, un domaine très éloigné de son expertise.
  • Sortez du vieux schéma « toujours la même chose mais en mieux » et explorez des solutions alternatives, différentes, qui, si elles sont menées dans la bonne direction,  ont toutes les chances de donner des innovations vraiment disruptives qui pourront s’avérer très rentables pour votre entreprise.

Source Tableau: Bloomberg data, Booz & Company

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather