10 façons de tuer un projet d’innovation de rupture

Trop souvent les entreprises passent à côté de projets innovants à cause de réflexes mentaux inadéquats. En voici quelques-uns :

1 « Untel ne sera jamais d’accord ! »

Les innovations de rupture vont à l’encontre des schémas mentaux tirés des expériences passées. Elles suscitent rarement un consensus au sein des entreprises qui les mettent en œuvre.

2 « Nous ne sommes pas légitimes pour intervenir dans ce domaine »

Les innovations de rupture se produisent souvent sur des domaines nouveaux pour l’initiateur qui change les règles du jeu du marché : Apple dans le téléphone mobile, Canon dans la photocopie, Honda dans l’automobile…
Lire aussi : Comment Amazon réussit l’innovation de rupture

3 « Nous avons déjà essayé dans le passé sans succès »

Les innovations de rupture tirent parti de changements dans l’environnement. Ce qui a échoué dans le passé peut très bien réussir lorsque l’environnement a changé.

4 « Nous n’avons pas tous les savoir-faire nécessaires »

Les innovations de rupture sont souvent conduites en associant ou en combinant des compétences internes avec celles d’autres acteurs en partenariat ou par acquisition.
Lire à ce sujet : Innovation de rupture : détournez les technologies existantes…

5 « Nous allons cannibaliser nos propres activités »

Au début, l’innovation de rupture s’adresse à des clients qui se situent en dehors du cœur de marché existant.

6 « Le risque est trop élevé »

L’innovation de rupture vise une niche avec des moyens limités. Le risque est donc limité.
Lire aussi : L’innovation de rupture : 2 points fondamentaux à retenir
Comment innover en diminuant les risques

7 « Cela ne cadre pas avec nos ratios économiques »

L’innovation de rupture modifie effectivement le business model. Les ratios sont donc différents des ratios traditionnels mais elle produit une croissance très rentable.

8 « Le marché visé est trop limité »

L’innovation de rupture vise à l’origine une niche qui va par la suite s’étendre et ouvrir sur d’autres marchés. C’est le potentiel à terme qu’il convient de considérer.
Lire : Pourquoi innover sur une niche ?
Innovation de rupture : comment se protéger des copieurs ?
Innovation de rupture : comment Facebook a pris son envol

9 « L’offre est moins performante que les solutions en place sur le critère X »

Au début d’une innovation de rupture, un seul avantage concurrentiel suffit. Par exemple le premier IPhone n’avait même pas la 3G. Son avantage concurrentiel, c’était sa facilité d’utilisation.
Lire aussi : 7 conseils pour créer un avantage concurrentiel par l’innovation de rupture

10 « Pourquoi engager des ressources dans les ruptures alors qu’il reste tant à faire dans l’incrémental »

L’innovation incrémentale n’est avantageuse que lorsque le marché est en croissance. Si Nestlé n’avait fait que de l’innovation incrémentale, il n’aurait pas créé Nespresso : 34 % de croissance par an en moyenne jusqu’en 2008 contre 4% environ pour Nestlé…

Si vous avez apprécié cet article, vous pourrez aussi lire :
Comment trouver la bonne idée d’innovation ?
Comment dépasser les barrières internes à l’innovation de rupture dans l’entreprise ?

Le 22 mars, je donne une conférence sur le thème:
« Retrouver la croissance en période de récession »
Pour plus d’informations, cliquez ici
Pour vous inscrire directement, cliquez ici

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

2 réflexions au sujet de « 10 façons de tuer un projet d’innovation de rupture »

  1. Il y en une de plus que je me suis entendue : Ne vous rendez-vous pas compte si cela était la seule qui marchait ?
    Il est bien évident qu’il s’agit de raisons, ou de façons, de s’approprier les inventions des salariés gratuitement de la part des capitalistes d’entreprises (appelés employeurs) en utilisant la mauvaise foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *