Archive for février, 2008

Microsoft et Yahoo : un coup d’etat contre Google

44,6 milliards de dollars pour acheter Yahoo. Quelle mouche a piqué Microsoft pour qu’elle ait fait une telle proposition le 1er février ? La version officielle : contrer la dominance de Google dans le marché de la publicité en ligne. Est-ce la seule raison ? Ne serait-ce pas plutôt un coup d’état pour s’asseoir sur le trône que Google a érigé ? 

Microsoft a imposé sa domination sur le marché du logiciel pour PC grâce à une innovation de rupture. Avec Windows, elle a créé une plateforme logicielle qui a stabilisé le monde foisonnant et débridé des applications informatiques. Elle l’a enrichie constamment par un effort constant d’innovation incrémentale. Grâce à elle, des milliers d’éditeurs ont développé une forêt de logiciels depuis 25 ans. Ce faisant, ils ont renforcé l’omniprésence de Microsoft. 

Ce modèle vertueux arrive aujourd’hui à ses limites.  L’innovation incrémentale de Microsoft perd de sa pertinence. Nous, les utilisateurs ordinaires, avons des besoins très modestes. Les nouvelles fonctionnalités de Vista ou Office 2007 ne nous concernent pas. Elles n’intéressent que quelques spécialistes aux usages très pointus. Hélas, elles rajoutent un niveau de complexité dans lequel nous nous perdons. En cherchant à être la solution universelle, la plateforme est devenue compliquée. Sa force est devenue son talon d’Achille.

La simplicité est le démon qui hante Microsoft. Le meilleur exemple est Apple et son iPod. J’en ai offert un à mon épouse pour son anniversaire. Il est tellement simple d’utilisation qu’elle ne s’en sépare plus. Apple continue en lançant le l’iPhone avec le même argument  de simplicité. Le succès est immédiat. Apple vient de gagner une bataille symbolique sur Microsoft. Au 4ème trimestre 2007 aux Etats-Unis, moins de 6 mois après le lancement, les ventes d’iPhone ont dépassé les ventes de téléphones équipés de Windows Mobile. Le verdict est sans appel. Nous, les consommateurs, préférons l’iPhone qui a été conçu pour être simple. Nous boudons Windows Mobile qui est une plateforme universelle – et donc compliquée.

Un problème en entraîne un autre. Dès que le leader d’un marché peine à innover, le « low cost » montre son nez. Ce sont les logiciels libres comme Linux, Mozilla Firefox ou OpenOffice. Ces derniers séduisent les grands comptes parce qu’ils sont peu coûteux et flexibles. Le low cost, c’est aussi les applications web comme Gmail et Google Apps, le courrier électronique et la suite bureautique de Google. Pour les utilisateurs peu sophistiqués, c’est gratuit. Pour ceux qui en veulent plus, la version complète est au prix de 50$ par an. Voilà des menaces sérieuses pour Microsoft.

Si le statut quo n’est pas favorable, le meilleur moyen est de redistribuer les cartes en créant une nouvelle innovation de rupture. Ce n’est pas si facile lorsque vous êtres un mammouth comme Microsoft. Windows et Office représentent des chiffres d’affaires gigantesques. Pour compenser leur déclin, Microsoft doit conquérir un marché énorme. La publicité en ligne est une aubaine. D’après IDC, c’est en 2007 un marché de 25,5 milliards de dollars avec une croissance de 27% par an. Bien sûr, il faudra déloger Google. Heureusement, malgré sa réussite, cette dernière présente un point faible. Elle est le leader des publicités sous forme de texte mais n’a pas réussi à percer sur les publicités sous forme de bannières vidéo. Dans cette optique, un rapprochement entre Microsoft et Yahoo prend tout son sens. Ensemble, Microsoft et Yahoo ont plus de visiteurs sur leurs sites que Google. Microsoft pourrait l’utiliser comme un tremplin afin d’imposer une plateforme logicielle pour la création de bannières publicitaires.

Même si elle parvient à acquérir Yahoo, Microsoft n’aura pas encore réussi son coup. Encore faut-il que la société trouve l’innovation de rupture créatrice d’un nouveau cercle vertueux. Elle doit répondre à la question suivante : comment fédérer les acteurs de la publicité en ligne autour de sa plateforme ?  C’est la clé pour devenir le centre incontournable du marché de la publicité en ligne.

J'ai publié une version plus compète de cet article dans le journal La Tribune du 26 février 2008, page 21, dans la rubrique "Marchés et Finances – Analyse".

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather